Les cavaliers qui utilisent des enrênements

Aujourd’hui j’ai choisi de vous parler des enrênements, ou plus précisément des cavaliers qui les utilisent. En effet, ce n’est pas l’outil en lui même que j’ai à critiquer, mais plutôt la façon dont il peut être utilisé.

 Pour moi, il y a 3 types de personnes qui utilisent des enrênements :

Les connaisseurs

  •    Tout d’abord, les « connaisseurs » (il faut bien leur donner un nom, c’est plus simple comme ça :p ). Ceux qui les utilisent, en connaissant leur fonctionnement, l’attitude du
    cheval recherchée, qui savent comment régler correctement leur enrênement. Ils l’utilisent de façon temporaire, pour montrer au cheval la position à avoir, ou pour régler quelques soucis. Ils savent s’en passer, et travailler leurs chevaux sans quelconques outils. Très bien. C’est avec eux que j’ai le moins de soucis. Ils savent ce qu’ils font, et ont
    souvent un très bon niveau équestre (bien bien bieeen meilleur que le mien !). (→ Mais du coup, leur très bon niveau équestre pourrait leur permettre d’apprendre au cheval à
    se mettre dans la position souhaitée SANS enrênements. C’est donc un peu contradictoire… Mais passons !)

Les utilisateurs

  •     Vient ensuite les « utilisateurs » : cavaliers, souvent en club, qui utilisent un enrênement, car « aujourd’hui c’est cours de dressage », ou car « ce cheval a besoin d’une martingale en saut ». Comme leur nom l’indique, ils ne font « qu’utiliser » les enrênements. Je m’explique : ils utilisent très bien les enrênements (ou moyennement bien, mais ils apprennent, on a tous besoin de passer par là, moi la première) mais ne savent que moyennement ce que cela engrange chez leur monture. Ils savent que c’est pour qu’il soit dans la bonne position, qu’il se muscle convenablement…etc. Donc pour eux, c’est
    bien.  Ce que j’aurais à leur reprocher, c’est qu’ils ont tendance à ne pas prendre de recule face à cette utilisation, et n’en connaissent pas forcément les conséquences. De plus, ils n’apprennent pas ou peu à monter SANS enrênements, et ça, pour moi, c’est un problème. On ne peut pas monter continuellement un cheval avec enrênement.

Les « pires »

  •       Et puis, « les pires » (désolée, j’ai pas trouvé plus original), ceux qui utilisent un enrênement, mais qui ne savent pas A QUOI il sert, ni COMMENT l’ajuster à leur cheval, ou pire, qui font ça car « tout le monde l’utilise ». Là clairement, il y a un problème. A
    quel moment (non mais dites-moi vraiment, j’ai envie de comprendre !), quelqu’un va choisir d’utiliser un outil, qui peut être très néfaste pour la santé/le physique/le moral… (et j’en passe) sans savoir comment il fonctionne ? Et surtout, s’il ne sait pas POURQUOI il l’utilise !?
    Petite métaphore pour illustrer le fond de ma pensée : imaginer 30 secondes que votre médecin vous prescrive un médicament (en vous prescrivant la mauvaise dose, au passage) qu’il ne connait pas, qui ne vous soignera pas du tout, et peut même empirer votre état, le tout sans même vous avoir ausculter.
    Que faîtes-vous ? Vous changez de médecin. Votre cheval a moins de chance. Votre cheval ne peut pas changer de cavalier…
BREF, si vous utilisez un enrênement, de temps en temps, en tout connaissance de cause, et que vous savez vous en passer, et bien je ne vous juge absolument pas, vous savez ce que vous faîtes 😉
Je sais que je risque de passer pour une « extremiste-éthologue-naturelle qui vit dans le monde des bisounours » mais non non, ne vous inquiétez pas, je pense seulement au bien-être de ma jument, c’est tout 😉

J’espère que cet article pourra vous faire réfléchir 😉

Caresses à vos dadas !

8 Comments

  1. Laura Moulin

    Je me souviendrais toujours.. Je disais que j'avais stoppé l'usage de toute forme d'enrênements & on m'a lancé d'un air dédaigneux "Oui enfin si tu en utilises pas c'est juste que tu n'as pas le niveau .."

    Ah bah voyons 😀

    Répondre
    1. Linsa

      Ahah, ben oui, c'est bien connu, ceux qui utilisent des enrênements pour placer leur cheval ont un bien meilleur niveau que ceux qui le font sans !
      Il y en a qui mériteraient vraiment d'être informé quand même !

      Répondre
  2. Laetitia

    C'est vrai que c'est un peu paradoxal : ceux qui savent vraiment bien les utiliser ont en général le niveau pour bien travailler un cheval sans ça :p Enfin, personnellement j'ai du mal à utiliser des enrênements sur mon cheval (déjà je lui met un mors et j'aimerais savoir m'en passer^^). Mais je comprend tout à fait qu'on en utilise quand on a un cheval qui malgré nos efforts, ne se positionne pas bien : si ça peut lui éviter de se faire mal c'est positif. A côté ça de ça, je pense qu'il faut garder en tête que le but, c'est de pouvoir s'en passer 🙂

    Répondre
    1. Linsa

      Oui, je comprends aussi que dans certains cas précis, surtout celui où le cheval risque de se faire mal en travaillant dans la mauvais position, un enrênement puisse être utilisé 😉 Mais comme tu dis, il faut savoir que le but, c'est de ne plus en avoir besoin ! 🙂

      Répondre
  3. beautifulhorseastuces

    J'utilise des enrênements sur mes chevaux mais dans des circonstances bien particulières et le moins souvent possible mais surtout en cas de doute, je me documente et demande conseils à des professionnels…. Bien souvent, les enrênements permettent de faire comprendre quelque chose plus rapidement à un cheval.
    Mais je ne me ferai jamais aux "pires" qui n'essayent même pas d'apprendre ou de comprendre et ce sont les chevaux qui en payent le prix. Pourtant, malgré les livres, sites ou autres mettant en garde sur la mauvaise utilisation des enrênements, le message n'est pas encore arrivé aux oreilles de tout le monde…. Difficile de faire évoluer les mentalités!

    Répondre
  4. Cosyra

    Très bon article et je pense que beaucoup partage ton PDV. Perso, j'ai souvenir qu'avec un G3, ma mono me collait des RA quasiment systématiquement quand on travaillait sur le plat. Des RA avec un G3, mais qu'est ce que tu veux que ça apporte au cavalier ? Il n'a même pas la sensation d'un cheval qui fonctionne librement dans son dos, sa bouche, son corps entier… Qu'est-ce que des RA peuvent lui apporter ?
    Je pense que les enrênements sont si populaire pour une raison simple : nous sommes la société du "prêt à consommer", du "tout, tout de suite"… Un cheval refuse de céder dans la bouche, un petit coup d’enrênement et c'est réglé. C'est plus simple que de comprendre la raison pour laquelle le chose ne cédait pas ou de se remettre en question.
    Et le pire, c'est qu'on apprend à monter comme ça dans beaucoup de clubs.
    Bref, je pourrais en discuter pendant des heures, mais je ne vais pas écrire un commentaire à rallonge.
    En tout cas, j'aime beaucoup ton blog et ton contenu. J'espère que tu fera des articles sur le parage car cela m’intéresse beaucoup.

    Répondre
  5. Hegozaldi.

    Il faut aussi relativiser l’utilisation d’enrênements chez ceux qui ont un très bon niveau et qui pourraient effectivement travailler leur cheval sans. 😉 Ils peuvent très bien les utiliser temporairement pour montrer une position à un cheval (à but éducatif pour le cheval donc), par gain de temps car ayant beaucoup de chevaux à travailler (davantage dans le cas d’un cavalier professionnel donc) ou dans un objectif thérapeutique (muscler ou remuscler un cheval) même si ce dernier cas pourrait s’associer au premier avant d’apprendre une position correcte à un cheval sans trop de lutte afin de le faire travailler dans le bon sens (le plus rapidement possible pour son bien-être, donc ça rejoint les trois raisons finalement). 🙂

    Mais effectivement, ça s’entend souvent… Mais on fait dressage, tu ne mets pas de gogue à B. ? Eh bien il a bien compris comment céder et ce genre de choses… Donc autant continuer dans ce sens-là sans artifices… Même si le gogue a été un bon outil au départ ! Mais qui dit outil ne dit pas forcément utilisation perpétuelle. 😉

    Répondre
    1. Linsa

      Oui bien sûr, je ne dis absolument pas le contraire 😉 Je le précise justement en fin d’article que si l’on utilise un enrênement de temps en temps et pour des raisons bien précises je comprends très bien, je pensais avoir assez relativisé leur utilisation, désolée si ce n’était pas le cas 🙂 Après je suis un peu moins d’accord avec l’excuse « pour gagner du temps », mais ça c’est autre chose 😉

      Répondre

Discutons ensemble ! :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.